Silencieuse (2014)

Title : Silencieuse
Release Date : 6 août 2014
Format : Digital Download
  1. On est cerné
  2. Walk
  3. Bouc émissaire
  4. Échec
  5. Spirale
  6. Apprendre
  7. Once Again
  8. Allez
  9. Entre chien et loup
  10. Que vive le temps mort
  11. Tu t’obstines
  12. Silencieuse

On est cerné
Texte & musique: David Tschopp

En amont c’est l’enfer, il se pressent pas centaines
En aval, c’est pas mieux, y a les rois et les reines
On est cerné, de tout part
Je fais l’état des lieux du monde qui m’entoure
De l’État, de ses dieux et même de la basse-cour
On est cerné de connards
Pas la peine de chercher à démêler les nœuds
C’est pas d’laine qu’ils sont faits, mais d’pouvoir et d’envieux
Pris au piège, comme des renards
Des pions sur l’échiquier d’une partie tronquée
Des moutons entraînés à se suivre, à brouter
On est cloués au plumard

Oh, putain, c’est l’pied
On va s’marrer
Y a plus qu’à saluer

On lit dans des bouquins qu’à une époque lointaine
Y avait des citoyens et même des citoyennes
Qui pensaient, par eux-mêmes
On voit au cinéma des histoires de héros
Qu’avaient pas peur d’aller botter l’cul aux salauds
Qui se lançaient dans l’arène
Y a des vieux qui s’rappellent d’un passé révolu
Ou y avait des rebelles qui vous montraient leur cul
Qui tenaient leurs propres rênes
Aujourd’hui les rebelles ont de belles muselières
Des passions virtuelles qui pèsent sur leurs paupières
Et qui leur bouchent les artères

Oh, putain, c’est l’pied
On va s’marrer
Y a plus qu’à saluer

Y a même des trous du cul qui s’permettent de juger
De parfaits inconnus qui leur ont rien demandé
Et qui le chantent au monde entier

Oh putain c’est l’pied
Tous dans l’même panier
Et qui pour le secouer ?

Walk
Texte & musique: Romain Chollet

I was going to start a walk on my arid land
Suddenly  my leg was destroyed by a mine under me
A mine under me

What’s the use of crying I’m lying now and bleeding on the floor
My dreams to run disappear at the same time as my blood
Same time as my blood

Why don’t you take it off with all your machines?
I don’t know who’s full of sin but save me now I’m bleeding
Why don’t you take it off with all your machines?
I don’t know who’s full of sin
But save me now!

If you don’t take it off with your hands we do that with our feet
Please, can you understand
A little bit, a little bit?
Why don’t you take it off with all your machines
I don’t know who’s full of sin
But save me now

Why don’t you take it off with all your machines?
I don’t know who’s full of sin but save me now I’m bleeding
Why don’t you take it off with all your machines?
I don’t know who’s full of sin
But save me now!

Bouc émissaire
Texte & musique: David Tschopp

La chance n’est pas de ton côté
Et la nature t’a raturé
T’auras beau être irréprochable
Tu f’ras toujours un bon coupable
T’as pas la bonne morphologie
T’es taillé pile à l’effigie
De la méfiance et du soupçon
Pas besoin de meilleure raison
Pour qu’on te fasse porter l’chapeau
À la place de tristes héros

Tu n’peux rien faire
Bouc émissaire
L’habit fera toujours le moine
Il est pour toi le bonnet d’âne

T’as la peau d’la mauvaise couleur
T’auras ni l’argent, ni le beurre
Si tu rêvais d’une belle carrière
Tu peux y mettre une croix de fer
Dès qu’tu passes au mauvais endroit
Au mauvais moment, t’y coupes pas
Ça s’appelle délit de faciès
Ça rend caduques les S.O.S
Ton héritage ne tarit pas
Le temps qui passe se fout des droits

Tu n’peux rien faire
Bouc émissaire
L’habit fera toujours le moine
Il est pour toi le bonnet d’âne

Sous tes guenilles y a un cœur d’or
Et même si tu couches dehors
Tu rates jamais une occasion
D’éclater d’rire à pleins poumons
Mais il suffit d’un seul litige
Dans l’périmètre pour qu’on t’inflige
Une correction digne de ce nom
Fait pas bon être un vagabond
T’es un vrai défouloir humain
T’aurais meilleur temps d’être un chien

Tu n’peux rien faire
Bouc émissaire
L’habit fera toujours le moine
Il est pour toi le bonnet d’âne

Échec
Texte & musique: Romain Chollet

Le verdict est tombé soufflant la vertigineuse fierté qui trônait en toi
Face à ton résultat t’est resté planté là
Tous les doigts sont pointés sur toi tu sens tout ton sang glacé par l’émoi
Pour une fois, cette claque est pour toi
Mais reste pas planté là

Echec tu t’es ramassé
Et bien que tu aies tout donné
T’as choisi d’être le seul sur qui compter
Sais-tu où est ton erreur ?
Trop croire en soi n’est qu’un leurre
Après on sert toi de tes cieux pour pleurer

Tension en pleine apogée pour l’heure, aussi attends que la rage ait quitté ton cœur, approche toi
Panse tes plaies, rappelle-moi, l’amitié est là pour quoi ?
Pourquoi tenter de maîtriser ses peurs ? Quel  garde-fou permet d’éviter les erreurs ?
Rassure-moi! Regarde autour de toi
Ce qui rend plus fort ne tue pas

Pour l’heure tu t’es ramassé, en débris éparpillés
Choisissant de jouer seul ton cavalier
Sais-tu ou es ton erreur
Trop croire en soi n’est qu’un leurre 
A présent sers toi de tes yeux pour pleurer

L’échec peut se faire surpasser
Oblige-toi à refaire surface pour te hisser plus haut
Te laisse pas tomber pour ça, non te laisse pas tomber pour ça,
On ne te laisse pas tomber pour ça
A toi d’esquisser plus tôt

Pour l’heure tu t’es ramassé
Un coup de pieds au cul mérité 
Choisissant de jouer seul ton cavalier
Sais-tu où est ton erreur
Trop croire en soi n’est qu’un leurre
A présent t’as plus que les yeux pour pleurer
Echec tu t’es ramassé

Spirale
Texte & musique: David Tschopp

La première fois c’était pour voir
Sous la surface
Pour un baptême à l’encre noir
Qui te dépasse
La première fois, c’était l’envol
Loin de l’orage
Un anathème qui t’auréole
Pour un passage

Mais qu’est-ce qui t’arrive ?
Tu plonges en toi
Tu t’offres et tu te prives
De l’au-delà,  de l’au-delà
Dans ton bal en spirale

La deuxième fois c’était la vie
En quintessence
Une promenade au paradis
En pleine romance
La deuxième fois, pleine escalade
T’as lâché prise
Commencé ta dégringolade
Vers ton abysse

Mais qu’est-ce qui t’arrive ?
Tu plonges en toi
Tu t’offres et tu te prives
De l’au-delà,  de l’au-delà
Dans ton bal en spirale

Le dernière fois, trois heures après
L’avant dernière
Y avait que toi, et ton parquet
Dur  comme la pierre
La dernière fois, t’aurais voulu
Refuser la danse
Mais face à ça, elle devient veine
Ta résistance

Mais qu’est-ce qui t’arrive ?
Tu plonges en toi
Tu t’offres et tu te prives
De l’au-delà,  de l’au-delà
Dans ton bal en spirale

Apprendre
Texte & musique: Romain Chollet

En scelle, grimpe sur mon âme
Aiguisé, le désir tend  ses ailes
Condamnée la jalousie nous blâme

Arrive et dégrouille toi !
Ca fait si longtemps que je t’aime
Ou carpe diem ne nous attendra pas

Mon ange, méfie-toi un tant soit peu d’Altaïr
Son omniprésence est large et peu nuire

Mon vœu étant rempli d’espoir que tu m’apprennes
La confiance aveugle que l’on nomme d’un couple adouci, fidèle
Mon vœu étant rempli d’espoir que tu m’apprennes

La confiance aveugle que l’on nomme d’un couple adouci, fidèle
Uni, réciproque et qui s’aime
Uni, réciproque et qui s’aime

Oui j’y crois encore
Un bon nombre de tes questions me perforent ?
C’est d’ailleurs pour ça que je t’ai choisi
Peur ? Pas tout-à-fait,  mais observe juste un instant ta face
Ton attrait ce soir devant la glace

Mon cœur, il y eut des déchirures dans mon lointain
Mais ne me demande pas pourquoi, s’il te plaît, je n’en sais rien

Mon vœu étant rempli d’espoir que tu m’apprennes
Cette confiance aveugle que l’on nomme d’un couple adouci, fidèle
Mon vœu étant rempli d’espoir que tu m’apprennes
Cette confiance aveugle que l’on nomme d’un couple adouci, fidèle
Uni, réciproque et qui s’aime
Uni, réciproque et qui s’aime
Mon vœu étant rempli d’espoir que tu m’apprennes
Cette confiance aveugle que l’on nomme d’un couple adouci, fidèle
Uni, réciproque et qui s’aime

He wants you, he wishes you like every guys running around our house
Oh dear,
He wishes you, he wants you
Maybe  for your  body and maybe not for your soul

Once Again
Texte & musique: David Tschopp

Once again I’m talking to myself
Saying words that don’t make any sense
Once again the fighting has to be
Though I scare the hell out of me

Again and again
It comes and goes
Again an again

Once again I’m hiding from myself
Trying not to breath too loud
Once again I lay aside my mind
Leaving room to what I am behind

Again and again
It comes and goes
Again an again

And I scream
I scream
I scream
At the mirror

Allez
Texte & musique: Romain Chollet

Eh mec, réfléchis pas et puis bouge
T’es plus toi quand tu penses trop
Ton cœur, lui, a frissonné

Dessine ton désir en rouge
Et laisse-toi carte blanche pour
Oser vous apprivoiser

Si elle est ton harmonie
Ta souffrance et ta joie
Ta course, ton répit
Elle s’avère inconquise
Mais destinée à toi
Laissant ton rêve envahir ta réalité

Allez

Mais qu’elle soit paisible ou farouche
Si des regards s’échangent tôt
Ou tard faudra lui parler

Si elle est ton euphorie
Ton chagrin, ton envoi
Tes doutes ta folie
Puis ta thérapie, ta réception, ta foi
n’est-ce donc qu’un rêve

Ou serait-elle celle de ta vie
Voire celle de ton trépas
Ses jours et tes nuits
Puis sa nostalgie et ta hâte à la fois
Son sang, ta chair
Enfin une réverbe à ton cri
Un écho pour sa voix
Son souffle, ton inspi’
Puis quand l’accalmie succédera ton émoi
Laisse donc ton rêve

Soulever l’espoir et oser avant qu’elle ne glisse dans ta mémoire
Soulever l’espoir et oser avant qu’elle n’appartienne au passé

Allez

Entre chien et loup
Texte & musique: David Tschopp

A pas feutrés je m’avance
Ai-je encore la moindre chance
D’en réchapper
De quel côté mon errance
Fera-t-elle pencher la balance
De quel côté
Perdu à la lisière
De l’ombre et de la lumière

Entre chien et loup
Entre chien et loup
En mon for intérieur
Je ne distingue plus la couleur
Entre chien et loup

A mesure que l’heure avance
J’attends comme une délivrance
Que ça se passe
Que je hurle, ou que j’aboie
Qu’importe, le résultat
Tuera l’angoisse
Y a plus que moi sur terre
Juste avant l’ère lunaire

Entre chien et loup
Entre chien et loup
En mon for intérieur
Je ne distingue plus la couleur
Entre chien et loup

A pas de loup je m’avance
Ai-de encore la moindre chance…

Entre chien et loup
Entre chien et loup
En mon for intérieur
Je ne distingue plus la couleur
Entre chien et loup

Que vive le temps mort
Texte & musique: Romain Chollet

Tu as beau vouloir faire main basse sur le présent
En grand écart, à cheval sur les sables mouvants
De l’atrésie d’un sablier intemporel
Même s’il meurt chaque seconde il demeure éternel

Tu as beau vouloir mettre un temps mort dans ton monde
Tu peux me croire, je connais sa longueur d’onde
Il se consume de manière perpétuelle
S’il décède chaque instant, il reste  éternel

Mais sache qu’il excite mon âme et la calme ensuite
Pour qu’à nouveau je réclame encore une ligne de fuite
Je le sais capable de suturer mes blessures
Mais irrattrapable comme un verbe au futur

Qui reste en constante vitesse de croisière 
Dévore mes jours en mouvement continu
Du coup, uniformément, eh bien moi j’accélère
Et j’accélère
T’es né dans mon berceau tu crèveras dans mon cimetière
Je suis prisonnier du temps et de son espace contigu
Tu soulèves le soleil à chaque coin de la terre
Chaque instant sur terre

De cette histoire en guise de conclusion
Tu peux me croire, j’ai pris mes positions
Si d’habitude j’ai une paresse en forme de flamme
je n’aurais qu’à me lever bien moins tard
Ou ne m’en prendre qu’à moi-même

Car sache qu’il excite mon âme et la calme ensuite
Pour qu’à nouveau je réclame  une ultime ligne de fuite
Je te sais capable de suturer mes blessures
Mais irrattrapable comme un verbe au futur

Qui reste en constante vitesse de croisière 
Dévore mes jours en mouvement continu
Du coup, uniformément, eh bien moi j’accélère
Et j’accélère
T’es né dans mon berceau tu crèveras dans mon cimetière
Je suis prisonnier du temps et de son espace contigu
Tu soulèves le soleil à chaque coin de ma tête
Chaque instant sur terre

Tu restes en constante vitesse de croisière 
Dévore mes jours en mouvement continu
Du coup, uniformément, eh bien moi j’accélère
Et j’accélère
T’es né dans mon berceau tu crèveras dans mon cimetière
Je suis prisonnier du temps et de son espace contigu
Tu soulèves le soleil à chaque coin de ma tête
Chaque instant sur terre 

Tu t’obstines
Texte & musique: David Tschopp

Combien de fois, combien de fois
Faudra-t-il que je te délie
Avant qu’enfin tu ne te décides
A te risquer hors de ton nid
Combien de fois, combien de fois
Faudra-t-il te vendre la vie
Avant qu’enfin tu ne te débrides
Et que tu ne pisses sur ton déni

Mais tu t’obstines à la même place
Tu rumines devant ta glace
Et dire que c’est toi l’être humain
Et dire que c’est toi l’être humain

Combien de fois, combien de fois
Faudra-t-il te tendre la main
Avant qu’enfin tu ne baisses ta garde
Et que tu ne desserre les poings
Combien de fois, combien de fois
Faudra-t-il d’appeler du ciel
Avant qu’enfin tu ne te décides
A quitter des yeux ta poubelle

Mais tu t’obstines à la même place
Tu rumines devant ta glace
Et dire que c’est toi l’être humain
Et dire que c’est toi l’être humain

Mais tu t’obstines à la même place
Sur les ruines de ton palace
Et la peur te tient dans sa main
Et la peur te tient dans sa main

Silencieuse
Texte & musique: Romain Chollet

Tu mandes silence et je m’annonce silencieux
J’ai engagé la danse une réponse luit-elle dans tes yeux
En t’ouvrant si franche je saisis toujours mieux
Que l’énergie qui roupille au fond de tes entrailles
N’esquisse aucun signe de vie, t’apaise guère et t’en tressailles

Pour ton ego, en clair pour ton ego
Ce qui est mal jugé fait mal
Pour ton ego, en clair pour ton ego
Ce qui est mal jugé fait mal

Laisse le temps conduire tes pas et reste silencieuse
C’est pas la peine d’ignorer quoi que ce soit
Quand on ne sort pas indemne d’une enfance malheureuse
Et si je cesse d’espérer tant de toi
Accède à ce que veut risquer ton être
Même si tous les autres accusent opinion autre
Et qu’en ce qui te concerne leurs conseils sonnent juste ou faux

J’ ai cru sans souciance rester l’ami amoureux
T’épargnant l’offense de ne jurer que par le pieu
Mais ici l’évidence m’oblige à agiter le drapeau
Les étreintes sont vouées à l’amour et guère à l’amical
Ma libido vit ce non-retour à défaut, tant bien que mal

Et mon ego, mon cœur ? Et mon ego ?
La vérité fait mal
Et mon ego, mon cœur ? Et mon ego ?
La vérité fait mal

Laisse le temps conduire tes pas et reste silencieuse,
C’est plus la peine d’ignorer quoi que ce soit
Quand on fond de soi on crie d’une histoire malheureuse
Ainsi je cesse d’espérer tout de toi et reste silencieux
C’est plus la peine d’ignorer quoi que ce soit
Car pour que l’amour s’installe faut qu’il émane des deux
Et si je cesse d’espérer tant de toi
Accède à ce que veut risquer ton être
Même si tous les autres accusent opinion autre
Si en ce qui t’concerne tu t’sens comme un chien en …

Laisse le temps conduire tes pas et reste silencieux
C’est plus la peine d’espérer quoi que ce soit
Car pour que l’amour s’installe faut qu’il émane des deux
Ainsi je cesse de porter tout sur moi et accepte ce que t’a dicté ton être
Même si tous les autres accusent opinion autre
Car en ce qui te concerne leurs conseils sonnent juste tout faux